rhinoplastie tunisie

Selon le rapport de l’ASPS (Société Américaine des Chirurgiens Plasticiens), en 2017, le nombre d’opérations de chirurgie esthétique du nez aux états unis a atteint 218924. Ainsi, la rhinoplastie se trouve en troisième position après l’augmentation mammaire et la liposuccion.

Par ailleurs, le nombre de femmes opérées est de 166531, soit 76 % des rhinoplasties. C’est le quatrième acte de chirurgie plastique de la femme après l’augmentation mammaire, la liposuccion et la blépharoplastie.

Par contre, chez l’homme, le nombre d’opérés est de 52393 (24%) ; et cet acte prend la première position.

Quels sont les objectifs de cet acte ?

Le but de la rhinoplastie est de modifier la forme du nez dans un but esthétique ou fonctionnel. C’est-à-dire, on embellit un aspect disgracieux et indésiré, ou on corrige une anomalie du septum nasal afin d’améliorer la respiration.

C’est quoi la rhinoplastie fonctionnelle ?

La cloison nasale est le septum de structure cartilagineuse qui sépare les 2 fosses nasales. En cas de déviation, congénitale ou acquise après un traumatisme, le respiration peut être affectée (troubles respiratoires, ronflement, difficultés d’endormissement). Dans ce cas, on intervient au niveau de cette cloison pour élargir les voies aériennes.

D’autre part, l’hypertrophie des cornets (membranes osseuses couvertes d’une muqueuse jouant le rôle d’humidificateur) peut aussi être une cause d’obstruction chronique.

Qu’est ce qu’on peut réaliser pour l’opération de rhinoplastie ?

  • Résection narinaire : diminuer la circonférence des narines en agissant sur la base d’implantation des ailes narinaires
  • Corriger la pointe nasale : remodeler la pointe en agissant sur les cartilages alaires
  • Corriger la « bosse » disgracieuse : affiner le dorsum nasal
  • Réparer le septum : pour remédier à la gêne respiratoire

Quelles sont les solutions pour la pointe nasale ?

Pour la pointe, on peut opérer les formes suivantes : Pointe trop ronde, trop large, défaut ou excès de projection, pointe plongeante, asymétrique, bifide, les narines tombantes ou trop remontées.

Pour cela, plusieurs techniques sont réalisables, et le choix d’une ou de plusieurs techniques varie d’un patient à un autre. La voie d’abord peut être interne où externe :

  • Eliminer l’excès de cartilage alaire
  • Suturer les dômes cartilagineux en cas de pointe bifide
  • Suturer les dômes de cartilage alaire pour augmenter la projection
  • Réaliser une greffe de cartilage
  • Résection narinaire par enroulement des ailes grâce à une incision à la base

Quelles sont les complications ou les imperfections possibles ?

  • l’hématome : c’est l’accumulation de sang de façon localisée. Il est rare. Il peut se résorber spontanément en quelques jours ou nécessiter le recours à une ré-intervention de rhinoplastie .
  • L’infection : c’est très rare après cet acte. Une antibiothérapie est administrée systématiquement.
  • La modification de sensibilité : c’est possible. Mais, la sensibilité est récupérable après quelques semaines.
  • Les imperfections de résultat : tels que les insuffisances de dessin, les phénomènes cicatriciels ou la fibrose rétractile. Une retouche chirurgicale est indiquée, et sera plus simple à faire. Dans ce cas, il faut attendre plusieurs mois le temps de la stabilisation des tissus.

No comments so far.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Website Field Is Optional.

COMMENTCOMMENT
Your NameYour Name
EmailEmail
WEBSITEWEBSITE