menu cacher menu

Greffe de cheveux Tunisie

Greffe de cheveux Tunisie

La transplantation capillaire est actuellement la plus répandue des techniques chirurgicales pour le traitement de l’alopécie de forme masculine, et ceci depuis qu’elle associe les avantages d’un traitement local avec l’absence de manipulations chirurgicales étendues.

La combinaison de mini et de micro-greffes permet d’obtenir des résultats esthétiques d’une qualité exceptionnelle. La distribution de ces mini et de micro-greffes obéit à des concepts utilisés en fonction de l’évolution et de l’étendue de l’alopécie pour obtenir une apparence cosmétique naturelle.

line
Photos greffe cheveux Tunisie
Devis chirurgie esthetique Tunisie
Contact chirurgie esthetique Tunisie
line

LES ALOPÉCIES ANDROGENOGENETIQUES

Aisément reconnaissables en général à leur aspect clinique, tant chez l’homme que chez la femme, les alopécies androgénogénétiques ont comme substratum physiopathologique commun celui d’être provoquées par une hyperandrogénie, au niveau des follicules pileux génétiquement programmés, de certaines zones du cuir chevelu.

En effet, les androgènes affectent uniquement les portions verticales et temporales du scalp, alors que les zones occipitales sont respectées. Le cycle pilaire devient plus court par raccourcissement de la phase anagène.

Il y a donc une consommation plus rapide du capital, d’où l’apparition rapide d’un duvet terminal au bout de 10 à 15 ans. En fonction de l’importance de la perte, Hamilton en 1949 a classé l’alopécie en 5 types, relayé par Norwood qui a amélioré cette classification après avoir conduit sa propre étude sur 1000 hommes.

L’ampleur de la perte de cheveux peut changer dramatiquement d’une année à une autre ; et malheureusement, ce changement se produit seulement dans un seul sens c’est à dire vers plus de scalp chauve et moins de scalp couvert de cheveux.

La progression de l’alopécie de forme masculine est un fait statistique. Les patients, entre 35 et 40 ans, ne sont pas tous destinés à atteindre une alopécie avancée, mais plusieurs le seront.

Cette progression implacable est variable, et le praticien doit choisir le traitement approprié en tenant compte de l’apparence finale du patient.

L’ENTRETIENT AVEC LE PATIENT

Les patients ont souvent des connaissances et des objectifs variables. Leurs attentes doivent être réalistes et leurs objectifs atteints avec un protocole chirurgical clairement défini, bien compris et bien accepté par eux.

La plupart des patients sont anxieux à la première consultation. Ils n’arrivent pas à expliquer leurs pertes de cheveux qui semblent s’aggraver au fil des années. En plus, leur scepticisme provient des diverses tentatives pour parer au phénomène de la calvitie (potions du scalp, procédures chirurgicales miraculeuses).

La greffe de cheveux ne crée pas de nouveaux cheveux, mais elle réarrange ceux qui sont déjà existants. Les jeunes patients réclament toujours une restauration complète, oubliant le fait que l’évolution de l’alopécie soit susceptible de réduire le potentiel de restauration ultérieure.

Le patient doit connaître la vérité concernant sa condition et son traitement, après quoi un plan de traitement honnête et logique pourra être développé. Un patient réaliste facilite la consultation.

Les consultations faciles concernent les hommes d’âge moyen qui veulent avoir une densité élevé de cheveux dans la région frontale et sont capables de tolérer un certain degré d’alopécie particulièrement dans la région couronne vertex. L’interview la plus difficile est celle des patients jeunes.

En général, ces derniers refusent toute idée de perte de cheveux et exigent une restitution complète avec une même densité que l’adolescence.

L’EXAMEN

La totalité du scalp est examiné. Le nombre de greffons disponibles dans la zone donneuse et la manière avec laquelle ils seront le mieux utilisés dans le site récepteurs seront évalués.

Des facteurs variés jouent un rôle dans la décision et nécessitent d’être appréciés à la consultation : le contraste couleur de cheveux/peau, la densité, la texture et l’âge. L’âge du patient mérite une considération particulière.

Pendant l’évaluation, l’état alopécique du patient n’est pas apprécié seulement à ce moment, mais ce qu’il deviendra plus tard dans la vie. Les formes stabilisés ne sont également pas sûres même pour les sujets qui ont commencé la chute à la quarantaine et plus.

La perte de cheveux peut progresser à des âges plus avancés, pour des périodes de temps plus longues et avec une voracité plus grande que l’on ne pourrait jamais concevoir ; Dans la planification de la ligne idéale (particulièrement dans le cas de patients jeunes), une implantation basse des cheveux serait disgracieuse.

Une ligne chevelue basse et large peut être ce que désire le patient jeune, mais faut-il mesurer les conséquences cosmétiques quand il aura 40 ou 50 ans, en continuant à perdre plus de cheveux.

L’alopécie progressive, chez un homme qui reçoit une greffe à un âge jeune, va nécessiter vraisemblablement dans le futur des séances de greffe supplémentaires, pour maintenir une couverture des nouvelles régions alopéciques, limitant ainsi le potentiel d’une couverture supplémentaire.

La relation inverse qui existe entre la taille des régions donneuses et celle des régions réceptrices empêche une couverture dense et complète des zones chauves larges.

Les patients jeunes ne tolèrent aucun degré de perte de cheveux et demandent toujours que leurs lignes chevelues d’adolescence soient restituées. Cependant c’est ce groupe qui a le plus grand potentiel de perte avancée de cheveux et un matériel donneur limité.

Une approche conservatrice prévient tout dilemme cosmétique (exemple : une ligne chevelu incomplètement greffée et absence d’un matériel donneur restant). Au fur et à mesure que les hommes avancent en âge, la chute de cheveux devient plus fréquente rendant par conséquent un certain degré d’alopécie plus socialement acceptable.

La majorité des patients de la quarantaine et plus, acceptent volontairement un plan de greffe plus conservateur (une ligne chevelue étroite et haute, un aspect fin de la région frontale et du vertex, ou même un endroit chauve sur la couronne). Leur but est souvent une apparence naturelle et fine.

TECHNIQUE CHIRURGICALE

LE PRÉLÈVEMENT : il va intéresser une ellipse occipitale horizontale, à l’intérieur de la région donneuse. Cette bande occipitale aura 1,5 à 2,5 cm de largeur pour pouvoir fermer le site donneur sans tension.

Sa longueur varie entre 7,5 et 15 cm en fonction du nombre de greffons à utiliser et la densité du site donneur. L’anesthésie est réalisé par infiltration locale, de la bande à prélever, avec de la xylocaïne à l’adrénaline à 1%. Pour avoir un effet anesthésique, 10 secondes sont nécessaires et pour avoir un effet vasoconstricteur 10 minutes sont requises.

Les incisions de la bande donneuse sont effectuées à l’aide d’une lame de bistouri n°15, orientées parallèlement à l’angle de sortie des cheveux pour ne pas léser les bulbes pileux marginaux.

Ensuite, la bande donneuse prélevée est mise dans une cupule remplie de sérum physiologique frais.

Pour éviter l’alopécie cicatricielle, l’électrocoagulation est déconseillée. La fermeture du site donneur est réalisée sans tension à l’aide d’un surjet aux fils 3/0 résorbables.

Greffe de cheveux Tunisie
Le bistouri est parallèle à la direction des cheveux
Greffe de cheveux Tunisie
L’incision ne dépasse pas la limite du tissu sous cutanée
Greffe de cheveux Tunisie
Suture du site donneur par surjet au moyen d’un fil 3/0 résorbable
line
Photos greffe cheveux Tunisie
Devis chirurgie esthetique Tunisie
Contact chirurgie esthetique Tunisie
line

TYPES DE GREFFONS

  • Les mini-greffes : elles constituent la composante essentielle de la chirurgie de transplantation de cheveux. Elles ont un diamètre de 2 mm et peuvent contenir 2 à 3 cheveux. Elles sont utilisées pour obtenir une densité centrale.
  • Les micro-greffes : sont définies comme étant des greffons unitaires sans tenir compte de la forme ni de la méthode d’insertion. Elles sont utilisées dans la réalisation d’une ligne chevelue antérieure.
Greffe de cheveux en Tunisie

Le site récepteur : le premier geste concernant le site récepteur est le marquage de la ligne chevelue proposée.

Le point central antérieur de la ligne chevelue frontale est habituellement placé à peu près 8 à 9 cm au dessus de la ligne joignant les bords antérieurs des sourcils.

La ligne chevelue s’étend latéralement et connecte dans la mesure du possible la frange temporale. La zone frontale est anesthésiée par une injection locale de xylocaïne à l’adrénaline à 1% diluée au sérum physiologique pour induire en plus une turgescence des tissus rendant plus facile la réalisation des trous récepteurs qui précède l’insertion des greffons.

Les trous récepteurs des mini-greffes, réalisées avec des punch de 2 mm, sont taillés le plus souvent à un angle aigu de 45 à 60° par rapport au scalp et dirigés de façon radiaire. Les incisions destinées à recevoir des micro-greffes peuvent être crées avec des aiguilles NO-KOR ou avec des petites lames de bistouri (bistouri éclair).

A défaut, les lames de bistouri N°11 peuvent les remplacer. Le greffon est inséré dans le site récepteur en prenant d’abord avec prudence la graisse sous cutanée, située au dessus du follicule pileux, avec un forceps.

Le greffon est alors glissé dans le trou du site récepteur et stabilisé en place pendant quelques secondes avec un coton-tige applicateur.

LES SOINS POST-OPERATOIRES ET LA SURVIE DE LA GREFFE

Un pansement recouvrant tout le scalp est préféré pour prévenir la survenue d’un saignement post-opératoire à partir des sites donneurs et/ou récepteurs. Les patients sont gardés une ou deux heures dans une salle de repos, puis ils regagnent leur domicile munis d’une liste de précautions à prendre dans les suites opératoires immédiates.

Une activité socioprofessionnelle normale sera reprise le lendemain de la procédure, et les patients pourront prendre leur douche 48 heures après, en rinçant doucement la zone transplantée. Dans les suites immédiates de l’intervention, les greffons se couvrent de croûtes brunâtres, faites d’exsudats et de sang séché, d’aspect assez déplaisant ; on serait tenter de les décoller, mais cette manœuvre est dangereuse pour les greffons qui pourraient être arrachés.

On se contente de les cacher par les cheveux avoisinants. Habituellement les croûtes tombent après deux semaines environ. La croissance définitive des greffons se produit, 2 à 4 mois après la chute des croûtes, à partir de leurs bulbes pileux.

La survie de la greffe ne pourra donc être apprécié que 16 semaines après l’intervention, date à laquelle d’autres séances pourront être programmées si nécessaire.

En absence de lésions folliculaires et dans le cadre de mini et de micro-greffes, la croissance des cheveux est estimée à 100%.

LES COMPLICATIONS

Les complications d’ordre général

  • Le saignement : Durant la période postopératoire précoce les patients peuvent manifester un suintement sanguinolent de petite quantité à partir de la ligne d’incision du site donneur ou à partir du site récepteur de la greffe. Ceci est particulièrement observé chez les patients mis sortant sans aucune forme de bandage du scalp.
  • L’infection : Du fait que le cuir chevelu est richement, les infections localisées des plaies sont rares.
  • Les fistules artério-veineuses :(1/5000 procédures) formation d’hématomes pulsatiles au niveau des sites de greffe.

Dans la plupart des cas, une résolution spontanée survient en deux à trois semaines.

Les complications du site donneur

Les cicatrices : La cicatrice du site donneur est habituellement invisible. Cependant, une cicatrice disgracieuse peut devenir largement visible au fur et à mesure que le site donneur s’éclaircit après des prélèvements multiples.

Les chéloïdes sont possibles.

Cependant un interrogatoire et un bon examen clinique avant la chirurgie doivent minimiser ce risque. Les cicatrices peuvent également devenir hypertrophiques et semblent être plus communes dans les lignes d’incision qui sont placées proches de la nuque, dans la région donneuse inférieure basse.

Hyperesthésie et anesthésie du site donneur : une hyperesthésie transitoire est habituelle au niveau du site donneur après prélèvement de greffons.

Cette situation peut persister plusieurs semaines parfois des mois, mais elle cède invariablement pour la majorité des patients.

Les complications du site récepteur

  • Les kystes épidermoïdes : ce sont des kystes d’inclusion épidermiques. Leur formation est probablement dépendante d’une malposition d’un fragment épidermique en dehors de son siège habituel avec la prolifération conséquente de cellules épidermiques ectopiques en profondeur dans le derme ou dans le tissu sous cutané.
  • Les greffes déprimées : une greffe qui cicatrise au dessous de la surface environnante va apparaître comme une petite dépression dans le site récepteur. Elle apparaît en surface comme une cicatrice acnéïforme. Parmi les causes de ce problème, ou bien le trou du site récepteur est coupé assez profondément ou bien la greffe peut être forcée plus loin à l’intérieur.
  • L’aspect en « pavé » : quand une greffe cicatrise au dessus du plan du scalp, une apparence en « pavé », très semblable à celle d’une route en briques, se produit.
  • La cause peut être double : soit la greffe était assez grosse pour le trou, soit la partie inférieure de la greffe n’a pas été taillée adéquatement causant un excès de volume(graisse) induisant une poussée vers le haut.
  • La compression de la greffe : la compression est un phénomène de cicatrisation qui se développe lorsqu’une greffe est placée dans un volume plus petit que celui qu’elle avait au niveau du site donneur. La greffe comprimé va apparaître bombée.
  • L’aspect en beignet : cet aspect est du à une pousse de cheveux à la périphérie de la greffe et non pas en son centre.
  • L’aspect en crête : il traduit un épaississement saillant ou une élévation de la région du site récepteur greffé. Il est localisé le long de l’extrémité antérieure de la ligne chevelue.
  • Les cheveux mal orientés : le cheveu qui sort du scalp à un angle incorrect ou dans une direction impropre est un signe révélateur d’une greffe pauvre.
  • Les greffons de la ligne chevelue frontale nécessitent d’une part une orientation antérieure à un angle aigu et une implantation radiaire le long du trajet de la ligne chevelue.
  • La chute accélérée des cheveux : il n’est pas rare d’observer une certaine télogène post-opératoire limitée à l’intérieur du site récepteur récemment greffé. On a invoqué soit, le stress opératoire provoqué par l’œdème et l’ischémie locale, soit l’alopécie de forme masculine qui continue à progresser.
  • La croissance pauvre des cheveux : une technique de prélèvement pauvre et une préparation inattentive du greffon aboutissent à une croissance pauvre.

Les problème de l’esthétique de site récepteur

  • Une ligne chevelue « trop haute »
  • Une ligne chevelue « trop basse »
  • Une ligne chevelue rude
  • Les greffes mal placées de la récession fronto-temporale
  • L’allée latérale chauve
  • L’apparence en touffe ou en mêche.
line
Photos chirurgie esthetique Tunisie
Devis chirurgie esthetique Tunisie
Contact chirurgie esthetique Tunisie
line
 
Chirurgie esthetique Tunisie
Contact Chirurgie esthetique Tunisie
Photos Chirurgie esthetique Tunisie